Search
× Search

Articles

Articles

Le portrait d’Amina Juliètà Madi

Le portrait d’Amina Juliètà Madi

Que sont-ils devenus ?

Stagiaire de l’E2C Marseille de janvier à octobre 2005, Amina Julièta Madi, 28 ans, est maintenant éducatrice-coordinatrice.

· Comment et pourquoi es-tu entrée à l’École de la deuxième chance de Marseille ?

« L’élément déclencheur, c’est une idée que j’avais au fond de moi et qui a germé au fil du temps, celle de faire un jour un métier où je m’épanouirais.
À l’origine j’avais fait une formation professionnelle BEP secrétariat en Savoie, contre mon gré. C’était à 14-15 ans et on nous demandait de choisir notre voie. Je fais du sport depuis toujours et le métier qui m’attirait était professeur d’éducation physique mais, comme beaucoup d’adolescents, j’étais à des années-lumière de penser à ma vie professionnelle. Je trouve que la pression qu’on met sur les jeunes pour, très tôt, choisir un métier est démesurée... À ce moment-là donc, mes parents me poussent à poursuivre mes études de secrétaire. J’arrive tant bien que mal à terminer mon année, mais je suis loin de m’épanouir.
Les aléas de la vie m’ont conduit à partir de mes montagnes pour venir emménager à la mer. Une catastrophe pour moi au départ ! C’est par cette petite galère que je me suis intéressée au métier de plus près et orientée vers le sport et le social. Pour tout vous dire, j’ai pris plusieurs claques avant d’ouvrir la porte de l’ADDAP 13 qui a constitué un premier tournant de ma vie… J’ai donc intégré le programme d’orientation « Tremplin », avec de très belles personnes qui ont su être à l’écoute et de bon conseil. Je vous passe le reste de cette expérience. Dans la poursuite de mon orientation, l’ADDAP 13 m’a orientée vers la filière sport (adéquation) de l’E2C Marseille. C’est la première fois que je sortais de ma zone de confort, mais j’avais la conviction au fond de moi d’être capable d’apprendre et de comprendre un nouveau métier. Je me suis lancée à la découverte de ce nouveau métier par le biais de cette formation. J’ai pris cette opportunité comme une nouvelle aventure et j’ai osé me lancer. »

· Qu’est-ce qui t’a marquée quand tu es arrivée ?

« Ce qui m’a frappée en premier lieu c’est le cadre. Les espaces verts, les terrains de sport et l’architecture, tout était beau et grand comme ma soif de concrétiser mon projet. Puis est venue la rencontre avec l’équipe d’encadrement, la présentation et le déroulement de la formation… J’étais impatiente de commencer ! »

· Quels sont les objectifs que tu as pu atteindre grâce à l’E2C ?

« Les objectifs que j’ai atteints durant la formation sont multiples. J’ai validé le BAFA et l’AFPS, j’ai fait un bilan de compétences, j’ai appris à être à l’écoute de moi-même sans être égocentrée, simplement à l’écoute de mes émotions et de mes besoins. J’ai créé l’association des stagiaires et mis en place des séances de baby-gym et de fitness avec Lionel Silvy, mon formateur référent, qui m’a beaucoup apporté pendant mon parcours professionnel. Et enfin, après dix mois de formation théorique et pratique, à 18 ans, j’ai obtenu mon brevet professionnel d’éducatrice sportive… »

· Quelle est ta situation aujourd’hui ?

« Je suis éducatrice-coordinatrice au sein du Comité départemental UFOLEP 13 depuis plus de 7 ans. Par ma fonction et mes responsabilités, je suis amenée à développer, à coordonner des projets, à faire pratiquer du sport en milieu pénitencier, en maison de retraite, dans les établissements scolaires, etc. Je suis également intervenante BPJEPS-AS. »

· Le clin d’œil souvenir d’Amina :

« C’était en mars 2006. J’avais déjà fini mon parcours à l’E2C, je sortais tout juste de l’hôpital, j’avais eu quelques problèmes de santé et je reçois un appel de Lionel qui était mon formateur et prend encore régulièrement de mes nouvelles.
Sauf que cette fois-là, il m’a demandé de venir à l’École pour accueillir le Premier ministre Dominique de Villepin ! J’étais toute pâle sur la photo, mais heureuse de participer à un moment pareil. C’est génial, on peut rencontrer pas mal de personnalités avec l’E2C Marseille. »

· Ton conseil pour un stagiaire qui vient d’entrer à l’E2C Marseille ?

« Je répète souvent aux personnes que j’accompagne, qu’il est important de cultiver son réseau personnel et professionnel !
Je peux affirmer, pour l’avoir vécu, qu’il n’y a ni erreur ni échec dans la vie, mais seulement du « feed-back » qui nous permet d’ajuster et de réajuster nos démarches, de progresser, pour accéder à un métier avec lequel nous serons enfin en phase.
J’ai vécu des périodes de doute, des périodes d’euphorie, de doute à nouveau, mais j’avais la certitude que je réussirais tôt ou tard. Croyez en vous, faites de chaque erreur un moyen de progresser !
Cette École vous permettra d’y voir plus clair, de trouver votre chemin si vous ne croyez plus en vous… Mon conseil est de prendre le temps de construire votre projet, en posant des questions et en vous appuyant sur les compétences de ’équipe.
Tout le monde a un jour ou l’autre besoin d’un petit coup de pouce ! »

Fan des sports d’hiver, Amina aime le ski, le snow et la randonnée. Elle compte aussi la danse sportive et la création florale parmi ses nombreux autres loisirs.

Article précédent La liberté d’expression ça s’apprend !
Article suivant Le portrait de Michel Carmona
Imprimer
577 Note sur l'article:
Non évalué

Nom:
Email:
Suject:
Message:
x

Ils nous soutiennent

Retour au début