Search
× Search

Articles

Articles

Date de l'évènement: 05/03/2016 Exporter l'évènement
SimONU égalité des chances

SimONU égalité des chances

SimONU EDC

SIMONU, LES STAGIAIRES DE L’E2C DANS LA PEAU DE DÉLÉGUÉS DES NATIONS UNIES

Depuis 2013, les stagiaires de l’E2C participent à l’événement « SimONU EDC », organisé par les associations Phoenix égalité des chances et SimONU de Kedge Business School. Une centaine de jeunes issus de dispositifs œuvrant pour l’égalité des chances est invitée chaque année à prendre part à une simulation de l’Assemblée générale des Nations unies. Regroupés par délégations, ils assument la représentation d’un pays et de sa position sur une problématique d’ordre général. Le temps d’une journée, les jeunes se prêtent au jeu des négociations et des discours, sous le regard d’observateurs qui récompenseront les meilleurs d’entre eux. Le dessein de cette journée est de les intéresser à des sujets importants de la politique internationale et de prendre conscience de leur capacité d’écoute et de négociation.
Dix de nos stagiaires ont ainsi découvert le monde de la diplomatie dans les tribunes de « l'Assemblée générale de l'Égalité des chances », tenue à Luminy le samedi 5 mars. Le thème de la session de cette année était « Comment soutenir l'accès à une éducation de qualité dans un contexte d'essor de l'enseignement privé ? » Marie Bataille, Naré Derderian Rostomyan, Alan Andriamialy et Mohamed Korchid représentaient le Danemark, Nour Fatnassi, Keryann Guillaume et Siham Essalhi les États-Unis, Marion Dupont, Paoline Kaci et Boukhemis Dib la Russie.

Pour assumer pleinement leurs nouvelles fonctions, ils se sont préparés avec le plus grand soin durant deux séquences de cours avec l’aide de leurs chargées de mission entreprise, Chrystel Filosa-Bianchi et Christelle Lebrun, et d‘étudiants de Kedge qui les ont coachés dans leurs recherches sur le contexte politique, culturel, économique et social de leurs pays d’un jour.

Christelle, Chrystel et Élodie Hubert, notre chargée de communication, ont également endossé le jour J le rôle d’observatrices. Elles ont à ce titre fait partie du jury qui a analysé les négociations des « honorables délégués » tout au long de la journée.
Les trois équipes de stagiaires de l’E2C Marseille ont été félicitées par les observateurs pour la qualité de leurs propositions (taxes sur les écoles privées, mise en place d’Écoles de la deuxième chance, alphabétisation et éducation des femmes…) et pour la qualité de leurs arguments.

• Les discours de positionnement qui ont marqué


« D’après l’UNESCO, près de 800 millions d’adultes ne savent ni lire ni écrire. Le royaume du Danemark est fier d’annoncer aujourd’hui sa décision d’assouplir son système d’immigration et d’accueillir plus d’étrangers dans nos écoles, pour les faire bénéficier de notre système éducatif performant qui affiche 100% de taux d’alphabétisation. »
(Alan, honorable délégué du Danemark)

« Notre pays ne cesse d’accueillir et d’attirer de nouveaux étudiants chaque année, dont une grande majorité d’Asiatiques et d’Européens. Les écoles américaines ajoutent chaque jour aux 53 millions d’élèves de nouveaux apprenants, enfants d’immigrés, en situation légale ou non, et qu’il faut intégrer au système scolaire, notamment en leur apprenant l’anglais, la langue nationale des États-Unis d’Amérique. »
(Keryann, honorable délégué des États-Unis)

Alan, porte-parole de la délégation du Danemark, a marqué le jury par sa détermination, sa facilité à fédérer autour de lui tout au long du jeu, et son respect des règles. Il a été élu ambassadeur du changement. Très ému, il a reçu l’ovation unanime des délégués.

Chrystel Filosa-Bianchi : « Nous avons travaillé plusieurs compétences, notamment la recherche documentaire, le travail en équipe, la nécessité d’affirmer des positions mais aussi de faire des compromis. SimONU est aussi une très belle manière de travailler l’expression écrite et orale. Certains stagiaires étaient très intimidés à l’idée de monter sur l’estrade pour présenter leurs projets, face à une assemblée composée d’une centaine de personnes. Ils disaient « ne pas être capables de faire la même chose que des élèves du cursus général » mais ils ont constaté par eux-mêmes qu’ils en étaient tout autant capables !! Je constate encore aujourd’hui que le travail d’équipe qui leur a été demandé a créé une autre ambiance dans le groupe. Merci à Kedge de nous avoir permis de participer à cet événement. »

Imprimer
822 Note sur l'article:
5.0

Nom:
Email:
Suject:
Message:
x

Ils nous soutiennent

Retour au début